Quand le noir devient lumière

Mardi dernier, je me suis rendue au musée Soulages (j’ai la chance de l’avoir pas trop loin).

C’était l’occasion de faire quelques photos.

Évidemment, le rendu photo est très loin de la vraie peinture : il est difficile (mais pas impossible) de rendre compte du volume, des matières, de la taille des peintures …
Pierre Soulages peint en noir … Mais son noir s’habille de lumière. Il faut se tourner, d’un côté puis de l’autre et découvrir comme la lumière joue avec le noir.
Chacun peut y voir ce qu’il souhaite. Certaines toiles semblent « tourmentées », d’autres sont plus douces.
J’ai eu un véritable coup de coeur pour l’une des toiles. Comme Pierre Soulages ne donne pas de titre à ces peintures mais uniquement des dates, ma préférée s’appelle « 14 avril 1956 » (pour l’anecdote, c’est le jour de mon anniversaire … quelques années plus tard !).

Au musée Soulages, on peut aussi découvrir des œuvres réalisées en eaux fortes. C’est une méthode qui consiste à façonner une plaque de cuivre, la plonger dans de l’acide plus ou moins longtemps (selon l’effet recherché), enduire cette plaque de peinture afin qu’elle laisse son empreinte sur une feuille. Dans la galerie d’images ci-dessous, vous pouvez voir une plaque de cuivre et une impression.

Il est aussi possible d’en apprendre plus sur son travail sur les vitraux de l’Abbatiale de Conques à travers une vidéo et une salle consacrée à ce travail.

Si ces quelques images peuvent vous donner envie de venir visiter le musée alors j’en serai ravie.

Note : toutes les peintures présentes sur les photos ci-dessous sont la propriété de Pierre Soulages / Musée Soulages.

 

Laisser un commentaire